Vélo à Kyoto état des lieux

Dans le contexte ou les scientifiques du climat avertissant que nous disposons de 12 ans pour réduire les émissions de carbone afin d’éviter un changement climatique désastreux, Kyoto cherche un autre avenir durable. La ville japonaise s’éloigne de plus en plus de l’automobile pour les transports en commun, à vélo ou à pied. Déjà, plus des trois quarts des déplacements personnels en ville ne se font pas en voiture.

Avec la Déclaration de Kyoto «Walkable» de 2010, la ville visait à ne plus être une société dominée par la voiture. Kyoto a une liste ambitieuse de 94 projets visant à promouvoir le potentiel piétonnier.

Les résultats obtenus jusqu’à présent sont impressionnants, selon les données des administrations municipales. L’utilisation des transports en commun a considérablement augmenté. La circulation automobile entrant dans la ville diminue d’année en année, tout comme l’utilisation du parking. Seulement 9,3% des mouvements touristiques dans la ville ont été effectués en voiture, contre 21% en 2011. En conséquence, les émissions provenant des transports en 2015 ont été inférieures de 20% aux niveaux de 1990.

Une ville faites pour le cyclisme ? Presque aucun parking pour se garer dans la ville et interdiction de se garer sur tous les trottoirs. Des camions fourrières enlèvent les vélos même la nuit, ce qui coute environ Y4000 et une grande perte de temps car il faut allez loin pour récupérer son vélo. Bref Kyoto a de large progrès à faire !

Kyoto est déterminé à améliorer la situation dit-on. Le prochain objectif est d’accroître les possibilités pour le cyclisme… à voir !?!

Pourtant Kyoto a tous les atouts car le vélo est la meilleure façon de voir et visiter la ville. Que vous soyez résident ou touriste, le vélo est le secret pour découvrir la beauté de ses sites patrimoniaux en un temps record. Un nombre croissant de touristes choisissent chaque année de louer un vélo.

Kyoto est une ville compacte avec une structure en forme de grille ce qui facilite le cycle et la navigation. Kyoto a été décrite comme l’une des dix meilleures villes à explorer à vélo. Naviguer dans la ville à vélo est à la fois pratique et efficace.

En juin 2018, Pippa, l’un des premiers programmes de cycles partagés au Japon, a fait son apparition à Kyoto avec 100 vélos sur 22 sites. Il est prévu de passer à 500 vélos dans 50 endroits d’ici la fin de l’année.

Kyoto compte maintenant près de 45 km de pistes cyclables officielles. Même si elle n’est pas aussi vaste que les villes européennes du cyclisme comme Copenhague (qui compte 416 km de pistes cyclables), le réseau de Kyoto est relativement vaste pour une ville asiatique.

Deux habitants de Kyoto sur trois possèdent un vélo, contre un sur trois possédant une voiture. La possession d’une voiture diminue d’année en année.

Seuls 33% des cyclistes circulent sur la route. Tout le monde utilise le trottoir, ce qui signifie que ni les piétons ni les cyclistes ne se sentent en sécurité. Cependant le nombre d’accidents impliquant des cyclistes dans la ville a diminué de 40% depuis 2004 et représente 20% de tous les accidents. C’est largement dans la moyenne des villes Européennes.

Les Japonais marchent sur le côté du trottoir ce qui fait que les vélos peuvent passez sans percuter les piétons. A l’inverse les tourismes marchent n’importe où sur le trottoir et particulièrement les chinois de façon dispersé ce qui pose problème.

La population de la ville devrait diminuer de 13% entre 2010 et 2040 (environ 1,28 million). Dans le même temps, la proportion de personnes âgées de plus de 65 ans augmentera considérablement.
Cela donne à penser que le nombre de voitures particulières va continuer de diminuer d’environ 6 à 10% par an. Le taux de possession de vélos devrait augmenter de 7% ou plus chaque année.

Dans ce contexte, l’accent mis sur les transports en commun, le vélo et la marche a beaucoup de sens. Kyoto pourrait devenir la ville la plus accessible au monde.