Le sanctuaire Fushimi-inari

Au sud-est de la ville de Kyoto (京都), se trouve le sanctuaire Fushimi-inari (伏見稲荷) et ses milliers de portiques rouges : les Torii (鳥居). Il date de 711. Beaucoup de gens viennent prier ici pour la santé de la famille, la prospérité ou bien le succès dans les affaires. Ce sanctuaire a également attiré un grand nombre de paysans qui souhaitaient une bonne récolte, le dieu du riz y étant représenté.

Le riz était d’autant plus important qu’il était, à cette époque, utilisé comme monnaie. Aujourd’hui, ce sanctuaire attire un publique varié : les agriculteurs, bien sûr, mais aussi les ouvriers, les hommes d’affaires et dirigeants d’entreprises, …

Au Japon il y a des milliers de sanctuaires qui portent le nom « Inari (稲荷)». Ce terme signifie la « récolte du riz ». Si vous apercevez un monument qui s’appelle …-inari, cela signifie que c’est un sanctuaire qui fut construit pour souhaiter une bonne récolte et honorer le dieu de la terre. En fait le sanctuaire Fushimi-inari est le siège de tous ces sanctuaires qui sont au nombre de 30 000 dans tout le Japon.

Dans l’enceinte on aperçoit souvent des statues en pierre représentant un renard (en japonais kitsune ; 狐). Au Japon le renard symbolise la moisson : il descend de la montagne pour chercher de la nourriture au printemps et rentre après l’automne. Cette période correspond à celle de la culture du riz : le repiquage à lieu à partir de fin-mai et la récolte entre septembre et novembre.

Le sanctuaire Fushimi 2

Regardez aussi les objets dans la gueule de ces statues. Certaines ont des épis de riz, d’autres une clef et d’autres encore une balle. La clef est celle du dépôt dans lequel on conservait autrefois le riz. La balle représente l’âme ou la parole de dieu. En japonais la clef se dit kagi (鍵) et la balle tama (玉).

À propos, saviez-vous que les Japonais criaient, « Tama-ya— !! Kagi-ya— !! », en regardant les fusées des feux d’artifice ?

Voici pourquoi : un jour, deux artificiers, vinrent au sanctuaire afin de prier pour ne pas avoir d’accident avec les explosifs qu’ils manipulaient. N’ayant pas encore donné de nom à leurs deux magasins, ils décidèrent, en l’honneur des statues du sanctuaire, de les appeler respectivement ‘Tama-ya’ et ‘Kagi-ya’, la syllabe « ya » signifiant magasin (par exemple, la poissonnerie se dit « sakana-ya » et la boucherie « niku-ya »). Puis ces magasins ont prospéré et leurs noms sont devenus une sorte d’acclamation pour les feux d’artifice.

Au fond du sanctuaire se trouve un chemin parcouru de mille torii, construits par les donateurs. Il est très agréable de s’y promener. Comptez deux heures si vous voulez aller jusqu’en haut.

Le sanctuaire Fushimi 3

Le torii représente une barrière contre le malheur. De ce fait, aucun esprit mauvais ne peut s’approcher de ce sanctuaire. D’un côté du torii, il est marqué « ho-no (奉納)», c’est-à-dire « donation » et de l’autre, il est inscrit la date de construction et le nom du donateur. S’il est marqué 昭和 (Showa), il s’agit d’un portique de plus de 25 ans. Amusez-vous à trouver le plus vieux…

Pour vous y rendre: prenez la ligne JR à la gare de Kyoto (京都駅) sur le quai 8, 9 ou 10 en direction d’Uji (宇治) et Nara (奈良) et descendez à Inari (5 minutes. Tarif : 140 yens). Attention à ne pas monter dans le train rapide kaisoku (快速) car il ne s’arrête pas à Inari. Vous pouvez également prendre le bus 南5 à la gare et descendre à Inaritaishamae, ou la ligne Keihan à Gion ou Shichijo et descendre à Fushimi Inari. Vous trouverez le sanctuaire en face de arrêts.