Itinéraire original : virée dans Gion et les ruelles de Higashiyama

Situé à l’extrémité est de la rue Shijo (四条通り), Gion est un des plus fameux quartiers traditionnels où les voyageurs japonais et étrangers s’affairent. Toutefois, quelques pas de plus, et vous découvrirez des ruelles tranquilles et le quotidien des kyotoïtes. De petits monuments religieux et de tradition populaire agrémentent ce parcours particulier et mystérieux. S’inspirant de fables, de personnages historiques ou de mythes de yôkai (妖怪, esprits malins), l’ancienne capitale compte de nombreux contes oraux, superstitions et parfois, drames amoureux. Cet itinéraire accroîtra sans nul doute votre intérêt pour Kyoto.

Nous commencerons par le quartier traditionnel de Gion. A Kyoto, il existe cinq quartiers ou hanamachi (花街), littéralement “quartier des fleurs” : Gion-Kobu (祗園甲部), Gion-Higashi (祗園東), Miyagawa-chō (宮川町), Kamishichiken (上七軒) et Ponto-chō (先斗町). Le Gion-Kobu et le Gion-Higashi, séparés par la rue Shijo, se sont développés aux portes du sanctuaire Yasaka (八坂神社).

 

Datant de 876, celui-ci était appelé autrefois Gion-sha (祗園社) et c’est pourquoi le quartier s’appelle ainsi. La proximité du sanctuaire et du temple Kiyomizu (清水寺), a permis au quartier de se développer dès le XVIIème siècle. Des ochaya et okiya (voir les articles maiko et geiko et le quartier Miyagawacho), des restaurants de cuisine traditionnelle et même des bars égaient les ruelles. De vieilles maisons aux portes à claires-voies et aux fenêtres grillagées s’alignent dans ce quartier mondain.

 

Nous bifurquerons ensuite vers le sanctuaire Yasui-Konpiragu, dont la fameuse pierre est connue pour favoriser les relations humaines. Nombre de jeunes femmes y font la queue. Le soir, certaines tournent cent fois entre la pierre et le bassin d’ablutions en pensant fortement à leur vœu.

 

Nous nous avancerons ensuite vers Rokudo-Chinnoji (六道珍皇寺), temple bouddhique mystérieux qui pratiquait le nobe-okuri (野辺送り), cérémonie des obsèques. Autrefois, les cercueils des défunts du centre-ville étaient transportés vers Toribeno (鳥辺野), actuel quartier situé entre le temple Kiyomizu et Nishi-Otani (西大谷), et passaient devant Rokudo-Chinnoji.

 

Le quartier suivant s’appelle Rokudo-no-tsuji (六道の辻), littéralement carrefour des six rues. Celles-ci accèdent à d’autres mondes, à savoir Jigoku-do (地獄道, les enfers), Gaki-do (餓鬼道, la faim et la sécheresse), Chikusho-do (畜生道, la violence), Shura-do (修羅道, la guerre et la colère), Ningen-do (人間道, le monde des humains) et Ten-do (天道, le royaume des Dieux).

 

Un petit magasin au milieu du carrefour vend des bonbons, yurei-kosodate-ame (幽霊子育飴), bonbons du fantôme qui soigne son bébé. À la fin du XIIIème siècle, on raconte qu’une femme venait toujours la nuit acheter un bonbon dans ce magasin. Elle était très pâle. Au marchand qui lui demanda pour quelle raison elle venait tous les soirs, elle répondit qu’elle en donnait à son enfant. Le marchand soupçonneux la suivit. Arrivé à un cimetière, il entendit un vagissement vers lequel il se dirigea. Il vit alors la dépouille d’une femme allongée aux côtés d’un bébé. La femme tenait dans la main le bonbon qu’elle venait d’acheter. Elle semblait être morte en couches et son fantôme tentait de sauver le bébé en le nourrissant de bonbons achetés au magasin.

 

En passant par le temple Rokuhara-mitsuji (六波羅密寺), connu pour sa statue du moine Kuya (空也, 903-972), et le sanctuaire Wakamiya-Hachimangu (若宮八幡宮), érigé par les potiers du quartier, nous arriverons chez Kawai Kanjiro (河井寛次朗), grand céramiste surnommé « l’artiste des flammes ». Sa maison traditionnelle mérite vraiment d’être visitée et vous y verrez aussi son ancien fourneau.

 

Nous nous dirigerons vers le temple Hôkô-ji (方広寺) et le sanctuaire Hôkoku (豊国神社), pour arriver finalement chez Kanshundo (甘春堂), une ancienne fabrique de gâteaux japonais (和菓子), les wagashi. Si cela vous intéresse, vous pourrez y suivre un cours sous la direction d’un patissier.

 

Grâce à ce parcours atypique où vous découvrirez les recoins de Kyoto, ses pâtisseries et une maison japonaise typique, vous deviendrez un fin connaisseur de cette charmante ville.

 

Temps requis : 4 heures (demi-journée) + 1 heure (si vous suivez un cours de gâteaux)

Le budget à prévoir en dehors du tarif du guide :

– maison de Kawai Kanjiro : 900 yens

– leçon de pâtisserie : 2000 yens

 

Guide of Kyoto