Le dieu du manga, Tezuka Osamu

Tezuka Osamu (手塚治虫) est l’auteur de manga le plus connu au Japon. Autrefois, le manga était considéré comme destiné aux enfants, mais l’auteur l’a élevé au rang du roman ou du cinéma en tant que technique de narration. Il a fondé les bases du manga japonais et ses nombreuses œuvres impérissables sont aimées même des adultes.

 

Après la Seconde Guerre mondiale, il a obtenu un doctorat de médecine, mais il est devenu dessinateur de manga. Il laisse à son décès en 1989, à l’âge de 60 ans, plus de 700 œuvres. Alors que son nom « Osamu (治) » ne s’écrit qu’avec un seul idéogramme, il s’est créé le pseudonyme « Osamu (治虫) » en y ajoutant un deuxième idéogramme (虫) signifiant « insectes », parce qu’il les aimait depuis son enfance. Son béret et son nez lui servaient de signes distinctifs et un personnage lui ressemblant apparaît souvent dans ses manga.

 

Parmi ses œuvres grandioses, Tetsuwan Atom (鉄腕アトム, Astro, le petit robot ou Astro boy), un manga de science-fiction (SF) dans lequel le héro est un gentil enfant robot, est la première série adaptée à la télévision rencontrant un tel succès. Son histoire a attiré les enfants des années 60 et déclenché un engouement pour l’animation SF. Cette œuvre a été retransmise à la télévision dans plusieurs pays d’Asie, d’Europe et aux États-Unis.

 

D’ailleurs, ses autres manga sont traduits en plusieurs langues, diffusés à la télévision et adaptés en films : Jungle Taitei (ジャングル大帝, Le Roi Léo), Ribon no kishi (リボンの騎士, Princesse Saphir), Dororo (どろろ), Hi no tori (火の鳥, Phénix ou Phoenix) Bouddha (ブッダ), Black Jack (ブラックジャック), Adolf ni tsugu (アドルフに告ぐ, L’Histoire des trois Adolf).

 

Les thèmes des manga de Tezuka sont très variés : religion, philosophie, médecine, art, histoire, science-fiction, univers, nature… Il n’utilise pourtant ni mots difficiles ni théories nébuleuses, mais des dessins sympathiques et des mots clairs pour exprimer l’importance de la vie, la grandeur de la Nature, l’inutilité des guerres et le futur des êtres humains. En lisant ses œuvres toujours pleines d’onomatopées caractéristiques, les lecteurs sont plongés dans une réflexion sur le sens de la vie.

 

L’exploit de Tezuka réside non seulement dans ses œuvres magistrales, mais aussi dans le fait qu’il ait formé ses successeurs. Il a offert un logement et du travail à de jeunes postulants, les a formés et fait naître de grands dessinateurs. Les manga de Tezuka et de ses anciens disciples ont apporté une part de rêve aux générations futures. Au Japon, il n’y aurait aucun mangaka qui n’ait jamais été inspiré par Tezuka. Les lecteurs appellent cet homme « le dieu de manga », par respect pour ce génie qui avait une créativité incomparable. Si ce grand homme n’était pas né dans ce monde, l’intérêt actuel pour les manga et les animés n’aurait certainement pas été tel.

Guide of Kyoto