Le Japon est la destination touristique en plus forte croissance au monde.

En 1995, un modeste 3,3 millions personnes ont visité le Japon, une terre fascinante de temples anciens, de gratte-ciel, de montagnes enneigées et de plages de sable. Cette année-là, le Japon a été le 34e pays le plus visité sur la planète, selon l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), derrière la Bulgarie, l’Ukraine et la Belgique.

La croissance était stable, en 1998, 4,1 millions voyageurs étrangers ont passé au moins une nuit sur le sol japonais, ce qui en fait alors la 33e nation la plus visitée. En 2005, 6,7 millions soit la 32e position sur la liste puis passe à la 31e place en 2010 avec 8,6 millions.

Le pays a pris un sérieux coup après la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011 et en 2012, les visites sont tombées à 8,4 millions.

Depuis 2013, cependant, quelque chose s’est produit ?

Les visites annuelles ont grimpé de plus de 20 millions, ce qui fait du Japon la plus forte croissance de la décennie des destinations majeures. L’OMT estime que 28,7 millions voyageurs d’outre-mer sont restés au Japon en 2017, soit une hausse de 334% depuis 2010. C’est soudainement le 12e pays le plus visité de la planète.

Ce n’est nullement la seule nation à avoir connu une croissance rapide ces dernières années. Le tourisme mondial est en plein essor, entraîné par l’augmentation des vols et l’essor de la classe moyenne Globe-Trotter de la Chine. Mais le Japon dépasse facilement ses rivaux. Le tourisme en Thaïlande, par exemple, l’un de ses rivaux les plus proches en termes de croissance a augmenté de seulement 223 pour cent depuis 2010.

La hausse du Japon démontre l’importance de la réduction des formalités administratives. En 2013 le pays a assoupli les restrictions pour les visas aux visiteurs de Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Philippines et le Vietnam. Depuis 2015, le Japon a lentement assoupli les restrictions pour les citoyens chinois, l’Inde et l’Ukraine ont été les derniers à en bénéficier. Un total de 66 nationalités peuvent désormais visiter le Japon en tant que touriste sans visa.

La baisse de la valeur du yen japonais a été un autre facteur.

Qu’est-ce qui ne va pas?

Le tourisme non règlementé est bon pour l’économie-mais il cause des problèmes. La croissance rapide signifie des infrastructures tendues et une surpopulation dans les grandes villes et les principales attractions. Au cours des derniers années, il y a eu une augmentation de tension entre les habitants et les visiteurs dans des destinations comme Barcelone, Venise, Amsterdam, Dubrovnik, Madrid et Majorque, le “surtourisme “ est devenu le mot à la mode.

Ces problèmes ont aussi affecté le Japon, le Japon Times a rapporté qu’une nouvelle expression était née  “Kankō kōgai, ” ou  “tourisme pollution “. Kyoto est le champ de bataille majeur avec les résidents qui disent que la ville est tellement envahie par les touristes qu’ils ne peuvent pas utiliser les bus locaux ou obtenir une réservation dans leurs restaurants préférés. La ville  “Miyabi “, l’atmosphère raffinée unique à Kyoto, a été détruite, disent-ils.

Comment ces problèmes seront-ils résolu avec l’objectif du pays d’augmenter le tourisme à plus de 40 millions pour 2020?

Le Japon depuis 2019 facture aux visiteurs une taxe de sortie du pays de ¥1 000, ses fonds sont utilisés pour stimuler l’infrastructure touristique et promouvoir d’autres lieux moins connus à visiter à travers tout le Japon, autres que Tokyo, Kyoto et le Mont Fuji.

Bonne Année 2019

Kyoto, Yasaka dori, la pagode de Yasaka.

Tohoku Emotion: Le Train Restaurant raffinés du Japon

Menus de saison: Un chef différent prend en charge la cuisine de Tohoku Emotion tous les six mois. Chaque chef conçoit deux menus différents élaborés à partir de produits locaux frais.

À bord du train japonais Tohoku Emotion, la plupart des passagers se soucient davantage de ce qui est au menu que de la destination du train.
Lancé pour la première fois en octobre 2013, Tohoku Emotion est un restaurant itinérant qui longe la côte de Sanriku dans la région nord de Tohoku au Japon.
Il s’agit de l’un des «trains joyeux» de Japan East Railway Company (JR Est), une série de voitures à thème destinées à la promotion du tourisme dans les préfectures les moins visitées du pays.

Entre les villes de Hachinohe dans la préfecture d’Aomori et de Kuji dans la préfecture d’Iwate, le Tohoku Emotion propose un menu de saison conçu par des chefs célèbres du Japon. Cependant, les produits de la région de Tohoku sont la véritable star: pensez aux oursins, au bœuf, aux raisins de la montagne et aux champignons shiitake, pour n’en citer que quelques-uns.
Un nouveau chef prend le train tous les six mois et le menu est mis à jour deux fois au cours de son mandat de six mois.

Shinsuke Ishii, chef-propriétaire du restaurant Sincere à Tokyo et ancien chef du célèbre restaurant français sans réservation Bacar, est responsable du menu actuel, qui sera proposé jusqu’en mars 2019.
Les tables du restaurant Harajuku d’Ishii se remplissent souvent des semaines à l’avance.
Les passagers dégustent un déjeuner de quatre plats en voyageant de Hachinohe à Kuji, visitent la ville pendant environ une heure et demie, puis plongent dans un buffet de desserts conçu par Takashi Kumagai de l’hôtel Metropolitan Morioka lors du retour de Kuji à Hachinohe.

Le train ralentit sur chacun des sites pittoresques de l’itinéraire, ce qui permet aux passagers de profiter de la vue et de prendre des photos tout en savourant leurs repas.
En plus d’être une attraction touristique pour les voyageurs internationaux, le créateur de Tohoku Emotion a confié qu’il souhaitait que ce soit une escapade attrayante pour les habitants.
“Nous voulions que les locaux profitent du goût qu’ils ne peuvent normalement pas obtenir à un prix raisonnable et qu’ils viennent le vivre plus d’une fois”, a déclaré Hikaru Patrick Okada, directeur de la création du bureau général de Transit.
“Le menu est principalement” occidental innovant ” un type de cuisine moderne que les habitants du Tohoku n’ont pas l’habitude de voir, car leur culture culinaire s’articule autour de leurs plats régionaux. ”

Tohoku Emotion Website

Couleurs d’automne pourpre et or en novembre à Kyoto


Temple de Tofukuji

L’ancienne capitale du Japon Kyoto aux couleurs automnales attire des milliers de visiteurs, émerveillés par ce spectacle paradisiaque.

Au temple de Tofukuji, dans le quartier de Higashiyama, célèbre pour ses magnifiques paysages au magnifique feuillage d’automne, la foule a culminé pendant ce week-end de vacances de trois jours avec environ 35 000 visiteurs par jour.

Chaque sentier du temple, dont l’histoire remonte au milieu du XIIIe siècle, était rempli de feuilles rouges et oranges ainsi que de visiteurs et d’appareils-photo.

Ils ont été particulièrement captivés par la vue panoramique depuis le pont Tsutenkyo, où il y a environ 2 000 érables peignent la vallée dans une toile dorée pourpre et brillante.

Le temple de Tofukuji ouvre à 8 h 30, soit 30 minutes plus tôt que l’heure normale, jusqu’au 2 décembre, car le meilleur moment pour profiter des couleurs de l’automne dure jusque fin novembre.

Les habitants de Kyoto en ont assez des touristes mal élevés et leurs photos

Les habitants de Kyoto affirment que le comportement des touristes s’est aggravé. Aujourd’hui, la beauté des paysages et la vie quotidienne sont gâchées par des randonneurs à moitié nus, des voyageurs qui s’assoie dans la rue et mangent en laissant leur déchets, des touristes qui font des séances de prise de vue prolongées…

Même les agences de photographies ont reconnu les problèmes créés par leurs clients dans l’ancienne capitale, dont certaines quartier grouillent de touristes en permanence.

En septembre, le comité de préservation des paysages de Gion-Shinbashi, dans le quartier de Higashiyama à Kyoto, a signé un mémorandum avec 36 agences de photographies demandant aux touristes d’améliorer leurs comportements.

Ce quartier est une zone de préservation de bâtiments historiques désignée par le gouvernement depuis 1976, est particulièrement populaire parmi les couples qui souhaitent prendre des photos de mariage avant leurs cérémonies de mariage.

Selon le comité, composé de résidents et de commerçants, les visiteurs empiéteraient sur le terrain de résidences privées et casseraient des branches de cerisiers pour leurs photos ou pour leurs souvenirs.

Certains font souffler des bulles de savon pour obtenir des effets photographiques, se promènent dans des robes étriquées sur des routes pavées traditionnelles et s’assoient sur le parapet du pont pour des poses éclatantes. Continue reading “Les habitants de Kyoto en ont assez des touristes mal élevés et leurs photos”

Vélo à Kyoto état des lieux

Dans le contexte ou les scientifiques du climat avertissant que nous disposons de 12 ans pour réduire les émissions de carbone afin d’éviter un changement climatique désastreux, Kyoto cherche un autre avenir durable. La ville japonaise s’éloigne de plus en plus de l’automobile pour les transports en commun, à vélo ou à pied. Déjà, plus des trois quarts des déplacements personnels en ville ne se font pas en voiture.

Avec la Déclaration de Kyoto «Walkable» de 2010, la ville visait à ne plus être une société dominée par la voiture. Kyoto a une liste ambitieuse de 94 projets visant à promouvoir le potentiel piétonnier.

Les résultats obtenus jusqu’à présent sont impressionnants, selon les données des administrations municipales. L’utilisation des transports en commun a considérablement augmenté. La circulation automobile entrant dans la ville diminue d’année en année, tout comme l’utilisation du parking. Seulement 9,3% des mouvements touristiques dans la ville ont été effectués en voiture, contre 21% en 2011. En conséquence, les émissions provenant des transports en 2015 ont été inférieures de 20% aux niveaux de 1990.

Une ville faites pour le cyclisme ? Presque aucun parking pour se garer dans la ville et interdiction de se garer sur tous les trottoirs. Des camions fourrières enlèvent les vélos même la nuit, ce qui coute environ Y4000 et une grande perte de temps car il faut allez loin pour récupérer son vélo. Bref Kyoto a de large progrès à faire !

Kyoto est déterminé à améliorer la situation dit-on. Le prochain objectif est d’accroître les possibilités pour le cyclisme… à voir !?!

Pourtant Kyoto a tous les atouts car le vélo est la meilleure façon de voir et visiter la ville. Que vous soyez résident ou touriste, le vélo est le secret pour découvrir la beauté de ses sites patrimoniaux en un temps record. Un nombre croissant de touristes choisissent chaque année de louer un vélo. Continue reading “Vélo à Kyoto état des lieux”

À Kyoto le tourisme de masse atteint son paroxysme

La ville de Kyoto, l’une des destinations touristiques les plus populaires au monde, a pour objectif d’attirer les voyageurs vers des lieux moins connus, afin de réduire les cas de “tourisme de masse” qui ont entraîné une augmentation du nombre de plaintes de la part des visiteurs et des habitants.

Les touristes étrangers affluent vers les destinations célèbres telles que Arashiyama, Gion et le temple Kiyomizu.

Toutefois, une enquête menée en 2017 par la ville a révélé que 46% des voyageurs nationaux avaient eu des expériences négatives durant leur séjour, la congestion étant la principale raison.

Pendant la haute saison touristique, les gens ont du mal à monter dans les autobus surpeuplés, et la congestion dans de nombreux quartiers de la ville affecte la vie des résidents locaux.

Fushimi Inari Taisha, situé dans le sud de la ville, fait partie des sites touristiques les plus populaires. Le sanctuaire shintoïste, connu pour ses quelque 10 000 portes vermillon Torii, est toujours surpeuplé de voyageurs désireux de prendre des photos panoramiques. Continue reading “À Kyoto le tourisme de masse atteint son paroxysme”

Illumination des érables au temple Eikando Zenrinji à Kyoto

Feuillage d’automne spectaculaire même la nuit dans ce temple de Kyoto. Célèbre pour son feuillage d’automne, le temple Eikando Zenrinji 永観堂 sera éclairé jusqu’au 2 décembre pour que les visiteurs puissent s’émerveiller à la vision du paysage naturel pendant les promenades en soirée.

700 lampes éclairent les quelques 3 000 érables qui virent au rouge vif en automne. Certains arbres sont également reflétés sur l’eau de l’étang de Hojo-ike.

Les visiteurs peuvent entrer entre 17h30 et 20h30.

Ils seront également autorisés à voir la statue principale du temple, connue sous le nom de “Mikaeri Amida” parce que le Bouddha regarde par-dessus son épaule.

Créée à l’époque de Kamakura (1192-1333), la statue est désignée par le Japon comme bien culturel importantEikando Zenrinji Website

Des capteurs de signal Wi-Fi à Kyoto pour surveiller les foules de touristes

Kyoto lancera samedi un système expérimental qui surveillera, prévoira et gérera le flux de visiteurs vers les sites touristiques très fréquenté. L’objectif principal est la zone d’observation feuilles rouges à Arashiyama.

Dans le cadre d’une première au Japon, la projection des flux dans huit zones d’Arashiyama seront régulièrement mises à jour en ligne sur la base des données collectées par des capteurs qui suivent les signaux Wi-Fi actifs.

Le test se déroulera jusqu’au 17 décembre, et comprendra notamment le célèbre pont Togetsukyo et la foret de bambous.

Depuis la mi-septembre, des capteurs installés dans 13 sites ont suivi les signaux Wi-Fi des portables mobile et collecté des données sur le nombre de visiteurs et le temps passé sur les sites surveillés. Continue reading “Des capteurs de signal Wi-Fi à Kyoto pour surveiller les foules de touristes”

Robot humanoïde de Sharp pour guider les touristes dans les taxis à Kyoto

Sharp Corp RoBoHon, un petit robot humanoïde avec des caractéristiques d’intelligence artificielle, accompagnera les touristes dans les taxis à Kyoto pour offrir des conseils touristiques en japonais, chinois et anglais à partir du 22 septembre.

Sharp, basé à Kyoto et l’opérateur de taxi MK Co. Avec l’Agence de voyage JTB Corp ont fait équipe pour fournir un forfait touristique jusqu’au 31 mars 2019 pour répondre à la demande croissante des touriste utilisant des taxis pour visiter Kyoto

Dans le Pack qui sera en vente à partir de lundi prochain, les passagers en taxis peuvent se renseigner sur l’histoire et la culture des sites qu’ils visitent à partir de conversations avec RoBoHon.

Un robot de 19,5 centimètres de hauteur et pèse 390 grammes avec deux pattes qui peuvent interagir avec les utilisateurs par AI en plus d’avoir de base des fonctions téléphoniques telles que le service vocal et la caméra. Continue reading “Robot humanoïde de Sharp pour guider les touristes dans les taxis à Kyoto”

Louer une maison traditionnelle à Kyoto pendant son sejour

Afin de participer à la sauvegarde des maisons traditionnelle Kyotoite (dites Machiya) et pour essayer de préserver un peu l’aspect historique de Kyoto on vous recommande de louer une Machiya pendant votre séjour sur Kyoto même si celui-ci est court ou très long.

Kamogawa House est une Machiya de 120 ans authentique et totalement rénové pour passer un agréable séjour.

Au bord de la rivière dans un quartier historique, tranquille au cœur de la ville, cette magnifique maison est maintenant disponible à la location pour 2 ou 3 personnes. C’est une superbe expérience et cela a du sens à Kyoto pour un prix très raisonnable:

Kamogawa House Machiya à Kyoto