Les Japonais, partie 3 : importance du repas classique

japonais partie 3 1

Dans les supermarchés, même les légumes indiqués « sans produits chimiques » ne sont pas certifiés sans insecticides, car les néonicotinoïdes, interdits en France, sont couramment utilisés sur ce type de produits agricoles. Il faut dire que la plupart des fermes japonaises dépendent de J.A., coopérative agricole japonaise. Elle oblige les agriculteurs, à utiliser des insecticides agricoles et des engrais afin d’assurer une production massive des cultivars que fournit cette société. Ce sont des graines issues de manipulations biotechnologiques et non pas d’espèces indigènes. Ces F1 hybrides sont la première génération d’un croisement entre deux variétés distinctes. Ces plantes hybrides donnent des graines différentes des graines hybrides F1, obligeant les agriculteurs à racheter des semences chaque année à la coopérative.

 

Continuer la lecture de « Les Japonais, partie 3 : importance du repas classique »

La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 3 –

 

 La photo montre M. Shuichi Kato (加藤周一, 1919-2008), polémiste libéral connu au Japon. Il s’était spécialisé dans les beaux arts et l’actualité. Il a également lutté contre la révision de l’article 9 de la Constitution japonaise. Lors du récent rangement de la bibliothèque de l’université Ritsumeikan à Kyoto, ses cahiers, méconnus, ont été retrouvés.

Continuer la lecture de « La guerre et les Japonais, 60 ans après l’indépendance – partie 3 – »

Itinéraire original : Miyama, un hameau convivial

Je suis convaincu que le charme de ce hameau peut inspirer de la nostalgie à tous les voyageurs. Miyama (美山), littéralement « belle montagne », est situé dans la ville Nantan, au milieu de la préfecture de Kyoto. Environ cinq mille habitants y vivent. Entouré des monts Mikuni-dake (三国岳), Zukin-yama (頭巾山) et Choro-yama (長老山), entre 800 et 900m d’altitude, le vallon verdoyant appartient à la Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (伝統的建造物群保存地区). Son paysage est pittoresque avec près de 250 chaumières traditionnelles.

  Continuer la lecture de « Itinéraire original : Miyama, un hameau convivial »

Si vous voulez voir un entraînement du budo (ou y participer) à Kyoto…

arts martiaux 12

Je vous donne ici des adresses utiles pour trouver des cours d’arts martiaux à Kyoto. Cependant, il est conseillé de déjà maîtriser le sport auquel vous voulez assister : les gens pratiquent sérieusement et n’aiment pas être observés par des gens irrespectueux, d’autant plus que les arts martiaux sont spirituels. Certains professeurs n’ouvrent pas leurs cours aux touristes. Il est fortement conseillé de demander à la réception de votre hôtel de téléphoner au dōjō pour vérifier que vous pouvez assister à un cours et savoir quel jour vous pouvez vous y rendre. Si vous ne pouvez pas téléphoner, vous devrez demander sur place : kengaku dekimasuka ? (est-ce qu’on peut voir ? : 見学できますか?). Il arrive alors que, pour faire découvrir leur art aux étrangers, ils vous invitent gentiment à entrer. N’oubliez pas de dire : arigatou gozaimasu (merci beaucoup : ありがとうございます). Si vous pratiquez vous-même cet art martial et voulez particitper à l’entraînement : renshu ni sanka dekimasuka ? (est-ce que je peux participer à votre cours ? : 練習に参加できますか?)

Liens vers…

Kendo  Judo  Iaido  Karate  Jujitsu  Kyudo  Shorinji Kenpo

Itinéraire original : visite ou participation à un cours d’arts martiaux

Si vous voulez voir un match de sumo au Japon

Voir ‘Guide à Kyoto Guide of Kyoto’ pour me contacter.

Chantons Furusato, espérons que les sinistrés regagnent leur terre natale

Onze mois ont passé depuis le grand tremblement de terre du Tohoku (東日本大震災). Saviez-vous que, désormais, les sinistrés utilisaient une chanson enfantine intitulée Furusato comme hymne ? : Furusato (故郷) veut dire petite patrie.

Le 11 mars 2011, le séisme a frappé le Japon alors même que le pays était déjà en difficultés du fait de la hausse du yen et de la déflation. Même si la reprise économique est observée en ville, ce n’est pas le cas en province, surtout à cause de la difficile possibilité d’augmentation de salaire. Les fonds et les jeunes talents convergeant vers la capitale, le déclin rural est difficile à enrayer. Après la catastrophe du 11 mars et la crise nucléaire qui a suivi, divers problèmes ont été mis en avant : le déclin des provinces, l’inefficacité des mesures proposées contre le chômage, l’insuffisance de la politique mise en place et le risque de chute excessive des prix qui entraîne la délocalisation des lieux de production. Le Japon se trouve à un tournant décisif de son histoire.

 

Ce qui donne du courage aux sinistrés obligés de fuir leurs ville et village natals, c’est la chanson intitulée Furusato. Elle a été créée à l’époque de Taisho (大正, 1912-1926) et était souvent chantée par des travailleurs migrants qui devaient quitter leur pays natal, et par les sinistrés aujourd’hui. Voici les paroles :

  Continuer la lecture de « Chantons Furusato, espérons que les sinistrés regagnent leur terre natale »

Le bouddhisme Shingon

Qu’est-ce que le bouddhisme Shingon (真言宗) ? Arrivé au Japon au 6ème siècle, le bouddhisme y compte aujourd’hui une dizaine d’écoles et plus de 160 fractions. Apporté par Kukai (空海) qui avait étudié la doctrine tantrique en Chine, le précepte de Shingon, littéralement « vraie parole » en japonais, consiste à découvrir le bonheur en soi-même : celui-ci est en nous en permanence, même si l’homme le cherche souvent ailleurs.

Il en va de même pour les citadins d’aujourd’hui qui, submergés par leur vie contemporaine, en oublient leurs besoins réels. Par leurs prières et méditations quotidiennes, les disciples se consacrent à une chose primordiale dans leur vie : exprimer leur gratitude. Depuis plus de 1200 ans, ce dogme tient une place significative dans la foi japonaise. D’après ce culte, Kukai, dit Kobo-Daishi (弘法大師), vit toujours dans une partie reculée du mont Kōyasan (高野山) et prie pour la paix dans le monde et le bonheur de chacun.

Guide of Kyoto